Michel SOULARD – Pharmacien français –l’Ami des Roumains, et ses livres sur la Roumanie

1 2Mihai-Lucian STANESCU, 2Ana CARATA
(1 2 Facultatea de Farmacie, Bucuresti, 1Drd.)

 

Michel SOULARD – Farmacist  francez, Prieten al Romanilor si cartile sale despre Romania

Mai intai trebuie sa precizam cine este Michel Soulard. Asa cum am prezentat la Reuniunea din 2012 [1], MICHEL SOULARD, este farmacist si chimist francez – continuator de peste 30 ani (din 1980), al relatiilor romano-franceze, marcate inca din a doua jumatate a secolului al XIX-lea; este membru titular si membru de onoare al SRIF. S-a nascut la 6 ianuarie 1933, in localitatea Montmorillon. Domiciliul actual, la Poitiers. Licentiat-Diplomat al Facultatii de Farmacie din Nantes, in Iunie 1959. Pe langa limba materna, franceza, cunoaste alte trei limbi (W, engleza-bine; M, rusa si L, romana – notiuni elementare).

Autor a mai multe lucrari, „témoignages et romans sociétaux”, marturii si romane despre societati umane, publicate in Franta la Editura Les 2 Encres. Trei dintre acestea sunt si in Biblioteca noastra[3-5].

 

Roumanie, entre rêve et réalité (Romania, Intre vis si Realitate)

Bucovine – Moldavie

Imaginea de pe coperta (n.n. profil de femeie romanca) este astfel explicata: „Era iarna! Era un ger de crapau pietrele, pana la -400 in anumite regiuni din Carpati! Ca o fantoma, ea se grabea prin zapada care scartaia sub pasii sai. Fara nici un cuvant, ea m-a depasit. Silueta ei s-a pierdut in departare catre orizont deja invaluita de norii grei, incarcati de viitoarea zapada!”.

Cand mi-a oferit aceasta carte, in interior Michel a scris :

Ana Carata,
Imi place foarte mult sa va dau aceasta carte despre Romania si despre tot ce este frumos acolo, in tara voastra care a devenit si tara mea de la 1980.
Ca o proba de prietenie, am vrut ca aceasta carte sa fie scrisa si in limba romana”(Foto : Jean-Cristophe Garnier, Text, Michel Soulard, Traducere in romana, Dianela Balauta, Suceava).

In intreaga sa activitate, in anii 1950-1960, i s-au incredintat misiuni sociale si umanitare internationale: ajutoare si infratire, al caror initiator a fost uneori, co-fondator de Asociatii (exemplu Pharmaciens sans frontières din Maine-et-Loire); misiuni sanitare si de invatamant in Romania, observator al ONU si OSCE in Kosovo, pentru alegerile din anul 2000, avand experienta in aceasta activitate, dupa cum afirma in CV [2].

Un episod din viata sa este descris in cartea, Pharmacien dans la Guerre d’Algérie (1960-1961)-Témoignages, Mes doutes et mes incertitudes, 2012, 181 p.

Intr-un text de aproximativ doua pagini A4, intitulat Comment j’ai découvert la Roumanie, din care am selectat numai un paragraf, Domnul Farmacist SOULARD Michel spune : Nous, Français, ne sommes pas assez conscients de tous les liens qui nous unissent ou nous ont unis à la Roumanie, cette Roumanie qui est vraiment devenu mon pays d’adoption, ce pays où je me sens si à l’aise et où je me sens chez moi, à Bucarest et maintenant surtout à Iasi, la grande ville intellectuelle de Roumanie à laquelle je suis lié par de nombreux liens affectifs; depuis 2002, chaque année l’Institut Français a la gentillesse de m’accueillir, soit pour participer aux Journées de la Francophonie, comme je l’ai si souvent fait à Bucarest, soit pour présenter un nouveau livre ou une exposition de photos. „Ce-ti doresc eu tie Dulce Romanie, Tara mea de glorii, tara mea de „Dor” ? Bratele nervoase, arma de tarie, La trecutu-ti mare, mare viitor”. Mihai EMINESCU ( 1850-1889 ); (Posta electronica, 18.01.2013).
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
A la faveur de mes séjours à Iasi ou à Bucarest j’ai découvert ou retrouvé des artistes, écrivains, musiciens qui font la gloire de la Roumanie: Georges Enesco, Eugène Ionesco, Tristan Tsara, Panaït Istrati, Sergiu Celibidache, Brancusi …….

Voilà comment j’ai découvert la Roumanie, voilà pourquoi je m’y sens si à l’aise, pourquoi je m’y sens  vraiment chez moi ! ………………………………

 

Maintenant, Il se bat pour la langue française.

In saptamanalul Courrier français, din Viena si Deux-Sèvres, Michel  spune : Alors que va s’ouvrir le 15 mars la semaine de la langue française et de la francophonie, on constate tous les jours des avancées étonnantes de termes anglais. Certains ne peuvent se résoudre à cet envahissement et proposent d’agir par la sensibilisation. J’ai découvert la semaine de la  francophonie en Roumanie,  où j’avais l’habitude d’être présent lors de cette semaine. Mais au fil du temps, j’ai constaté que ce pays,  pourtant attachée à la langue française, accordait une place grandissante à l’anglais

 

Mesaj cu prilejul Colocviului International de Istoria Farmaciei, Braila 5-7 Iunie 2014

C’est avec beaucoup de regret que je ne peux pas, aujourd’hui, vous dire de vive voix tout le plaisir que j’aurais d’être parmi vous aujourd’hui, mais Dieu et la Nature ne m’ont pas permis de venir !

Mon histoire avec la Roumanie est une longue histoire que je pourrais qualifier d’ « histoire d’ Amour » ! Celle-ci a débutée au mois d’août 1980 quand je me suis attardé dans votre pays, sur la route d’Istanbul. Et c’est ce que j’ai voulu résumer dans le livre qui vous est présenté aujourd’hui. Depuis ce temps-là j’ai suivi de près l’évolution de la Roumanie sur le chemin de l’Union Européenne et je la considère désormais comme ma patrie, même si la reconnaissance officielle m’en a été refusée, sous le prétexte que je n’y réside pas suffisamment ! Mais peu importe, mon cœur est maintenant dans les Carpates !

Si je ne peux pas venir parmi vous en 2014, ça sera la 1ère année depuis 1992 que je ne séjournerai pas en Roumanie, Bucarest ou Iasi, comme l’an passé était la 1ère année depuis 1993 que je n’étais pas en Roumanie pour la semaine de la Francophonie ; mais tout a une fin, même les plus merveilleuses histoires !

Que vous dire de toutes ces années passées au pays des Carpates, sinon toutes les amitiés et même plus que j’ai pu nouer parmi vous ; la liste en serait trop longue de toutes celles et de tous ceux avec lesquels je suis resté en contact depuis toutes ces années. Il y a bien entendu toutes les actrices et tous les acteurs qui ont permis à « mes » stages hospitaliers d’être une réussite, et aussi le jumelage en 94/95 de la Faculté de Pharmacie de Bucarest avec celle d’Angers.

Il me faudra encore de nombreux livres et de nombreuses années pour raconter tout ce qui me lie à la Roumanie !

J’ai une grande reconnaissance pour Madame Ana CARATA qui depuis le début de mes contacts avec la Faculté de Pharmacie de Bucarest et avec la S.R.I.F. a toujours été là pour que les contacts soient les plus fructueux possibles.

Je ne peux pas oublier non plus Monsieur Constantin IUGULESCU, malheureusement disparu maintenant, et que je rencontrais à chacun de mes séjours à Bucarest ; il m’a été d’un grand secours dans la traduction du français au roumain de documents concernant l’Histoire de la Pharmacie, tel cette étude que j’avais faite du grand savant persan Al-Biruni !

Merci à toutes et à tous pour l’accueil que vous m’avez toujours réservé, à moi « petit pharmacien français de base », et dont le seul souhait a toujours été de rapprocher les uns des autres et par-dessus tout de donner à la Roumanie la place qui lui revient, de faire comprendre par-delà ses frontières toutes les richesses qu’elle renferme, richesses artistiques, scientifiques, humaines, de faire comprendre que c’est un pays comme les autres et qui a droit au même respect que les autres. Malheureusement toutes ses qualités sont inconnues ou mal connues, ou même niées par les gens « bien-pensant » de notre monde occidental qui, dans notre société de consommation, ne se réfèrent qu’aux richesses matérielles.

Depuis ces 33 ans, 1/3 de siècle, que je vous fréquente, j’ai malheureusement pu constater la perte d’influence de la France et de la langue française dans votre (notre) pays, mais aussi partout dans le monde. C’est pourquoi je suis devenu un ardent défenseur de notre langue, en collaboration avec vous, mais aussi avec l’Institut Français de Iasi, qui est devenue ma ville d’adoption en Roumanie, depuis 10 ans et après les 10 ans que j’ai fréquenté la ville de Bucarest ; j’ai engagé le combat avec vous depuis 1994 pour que le français ne devienne pas une simple langue régionale, comme chez nous la langue bretonne ou la langue basque ; j’ai d’ailleurs eu l’immense plaisir de participer en 2006 au Sommet Mondial de la Francophonie à Bucarest.

Encore une fois merci à toutes et à tous pour tout ce que vous avez fait pour moi depuis 1992, année où je suis revenu en Roumanie après la Révolution !

A nouveau je vous demande de me pardonner de ne pas avoir cité chacune ou chacun d’entre vous , mais toutes et tous se reconnaitront et se souviendront de tout ce que nous avons fait ensemble au cours de toutes ces années !

Mesajul sau se incheie cu o imagine din sala de curs IV/7 (Facultatea Farmacie, Bucuresti), portretul lui Carol Davila (1828-1884), personalitate remarcabila in relatiile romano-franceze, a II-a jumatate a secolului XIX, privind invatamantul farmaceutic la Bucuresti.

 

Cu acest prilej, ne-a oferit o noua lucrare: Balade en Roumanie- Carnet de voyage 1980-2013, (un adevarat Album despre Romania), Ed. Ecrituriales, Dépôt légal Mai 2014, 174 pagini, cu aproximativ 400-500 imagini.

Pe coperta 4, unul dintre cei ce au recenzat cartea spune:

L’amour de l’auteur pour la Roumanie est remarquable, il nous fait découvrir de nombreuses merveilles de ce pays. Il donne envie même à un lecteur pas trop passionné par les voyages de ce rendre dans ce pays pour en savourer la beauté des paysages (M-L. C.)”.

 

Bibliografie

  1. Ana CARATA – Michel Soulard, farmacist chimist – continuator al relatiilor romano-franceze – A XXI-a Reuniune nationalA, SRIF 11-13 Oct. 2012, in vol. Ed. SITECH, Craiova, 2012, p. 15-20;
  2. SOULARD Michel, Marie, Henri –  Curriculum Vitae, Fait à Angers le 3 Otobre 2001
  3. SOULARD Michel La Petite Sœur des Carpates24 ans de passion pour la Roumanie,  Paris, Ed. Les 2 Encres, 2006, 153 p.
  4. SOULARD Michel Roumanie, entre rêve et réalité, Bucovine – Moldavie; (Romania, intre vis si realitate, Bucovina – Moldova),  France, Les 2 Encres, Culture sans frontière, Dépôt légal: Juin 2008, 63 pag.
  5. SOULARD Michel Le Temps s’arrêté à BrAila, Témoignage, Paris, Ed. Les 2 Encres, 2010, 233 p.
  6. SOULARD Michel Pharmacien dans la Guerre d’Algérie (1960-1961) (Témoignage, Mes doutes et mes incertitudes, Ed. Les 2 Encres, 2012, 181 p.
  7. SOULARD Michel Comment j’ai découvert la Roumanie – Text, posta electronicA, 18.01.2013.

Fii conectat la noutățile și descoperirile din domeniul medico-farmaceutic!

Utilizam datele tale in scopul corespondentei si pentru comunicari comerciale. Pentru a citi mai multe informatii apasa aici.




Comentarii

Utilizam datele tale in scopul corespondentei. Pentru a citi mai multe informatii apasa aici.